Jean-Bernard Papi, romancier, essayiste, nouvelliste et poète

                                        Il n'y a de recette de jouvence que le rire.
                       Partageons nos plaisirs. Vous lisez ! J'écris !      

Le mai 68 des aviateurs

  Le mai 68 des aviateurs.      On parle beaucoup de mai 68 en ce moment (début 2018), cinquantenaire de l’événement oblige. Les journalistes, émus jusqu’au fondement, en font des tonnes avec invitations des anciens combattants des deux camps, étudiants -Dany le Rouge- et CRS, avec évocations sonores et/ou filmées. Nous ne sommes pas loin des plaques et des gerbes sur le boulevard Saint-Michel. Car il n’y a qu’à Paris que ce fut glorieux. On peut s’étonner que tout ce chambardeme...

Lire cet article

Supplique au président Macron

Rendez-nous notre liberté. (Supplique au président Macron)     Monsieur le président, rendez-nous notre liberté !  Permettez-nous, à nous adultes en pleine conscience, de décider par nous-mêmes dans tous les cas de la vie courante et naturellement en conformité avec la loi. Même si un règlement administratif prévoit le contraire, laissez-nous agir. Nous n’avons pas subi d’études, parfois de philo, pour nous voir imposer les règles, toujours générales, et sou...

Lire cet article

Le prédateur c'est le loup.

    Le prédateur c’est le loup !   Balance ton porc ! Balance ton porc ! Je voudrais bien savoir ce que ces dames ont contre les porcs ( fem: truie). Sont-elles musulmanes ? Le porc en soi n’a rien d’un prédateur. C’est plutôt un bon père de famille. Il est faux de dire qu’il se vautre dans la fange, un porc maintenu propre reste propre. Ne pas confondre avec pourceau, un terme devenu obsolète, qui qualifie un individu pervers et immoral. Le porc vaut un chien ou n’importe quel animal d...

Lire cet article

Balance ton Actéon.

Balance ton Actéon.   J’ai choisi la mythologie pour exprimer mon avis sur les remous qui parcourent le monde médiatique concernant les débordements sexuels, allant jusqu’au viol, dont certains hommes du cinéma américain se sont rendus coupables vis-à-vis des actrices et acteurs, leurs collègues. J’y ajouterai les « porcs » indument balancés sur les réseaux sociaux par les françaises victimes, elles aussi, de ces débordements. Indument parce qu’au jugement des r&eac...

Lire cet article

Allons z-enfants de la matrie !

Allons z-enfants de la matrie !     Maman tu me mets dans l’embarras, et même sauf le respect que je te dois, tu déconnes complètement. Hier tu me fais lire Voltaire, Marcel Proust, Hugo, Camus en insistant sur la beauté de leur langue, sur leur style et sur la qualité de leurs idées et aujourd’hui que vois-je : un affreux salmigondis de féminisation des mots de métier lorsqu’ils n’existent pas au féminin (charpentier et charpentière, coureur et coureuse) ; de règle de...

Lire cet article

Goncourt et Renaudot 2017

Prix Goncourt, prix Renaudot 2017.   "Après le nazisme c’est toujours le nazisme", écrit Christophe Ono-dit- Biot dans un article un tantinet désabusé pour qualifier : Dans l’ordre du jour d’Éric Vuillard (Acte Sud) Prix Goncourt 2017 et Dans la disparition de Joseph Mengele d’Olivier Guez (Grasset) prix Renaudot 2017. Le fait est que, depuis quelques années, le nazisme est devenu le fonds de commerce d’un nombre non négligeable d’auteurs français. Cependant attribuer les deux gran...

Lire cet article

La solitude du joueur de foot.

La solitude du joueur de foot.       Je suis là, solide, planté comme un roc dans la ligne d’arrières. Le coach me dit toujours : Mamadou, là où tu es, c’est comme s’il y avait un roc. Un journaliste pourri a écrit que je ne parcourais guère plus de soixante mètres durant tout un match : Deux pas vers l’avant quand un adversaire se pointe et deux pas vers l’arrière pour retrouver mon poste. Moi je pense plutôt que je cours au moins six cents mètres, pas six kilo...

Lire cet article