Jean-Bernard Papi, romancier, essayiste, nouvelliste et poète

                                        Il n'y a de recette de jouvence que le rire.
                       Partageons nos plaisirs. Vous lisez ! J'écris !      

                                            Les Cygnes.



         Quoi de plus digne et dfe plus beau que ce bel oiseau ? Sur des photographies de cygnes de Wolfgang Autexier, tous sauvages et vivants dans leur milieu naturel, j'ai composé quelques poèmes. Nous avions l'ambition de faire un gros livre consacré à cet animal; pour l'instant seuls la quarantaine de poèmes et autant de photos, -voir les échantillons ci-dessous-, qui les accompagnent sont éditables. Nous cherchons donc un éditeur pour ces manuscrits de poésie. 















Photo Wolfgang Autexier




















Pourquoi ce dédain lorsque tu danses ?
Tu troubles mon eau par ton agitation.
Cherches-tu à me séduire ou à m’effrayer ?
 
Voilà bien le mâle dans son incohérence
dans son refus de se faire oublier.
Va jouer avec les mauvais garçons
tu n’appartiens plus au corps de ballet.
 
Tu peux encore sur un tango
tourner la tête d’une oiselle,
auprès d’une oie hors d’âge jouer au gigolo,
mais tu ne seras jamais qu’un foutriquet
guère plus gracieux qu’une vieille chandelle.
 
 
 
            © Jean-Bernard Papi



                                                        




Photo Wolfgang Autexier






 Ceci n’est pas véritablement un cygne
 mais une animalité double, une énigme
 dont les pensées se détricotent dans la profonde nuit.
 Ne l’approche pas si par malheur tu la rencontres, fuis
 l’on n’obtient rien de bon d’une chimère.
 
 Cependant l’aube te donnera la clé de ce mystère
 le jour est un principe qui nous aide à comprendre
 et la vérité n’est pas là où tu croyais l’entendre.
 
            © Jean-Bernard Papi
 














                                                           








Un jour je serai danseuse étoile
reine de tous les opéras.
et la plus belle pour enchanter le bal                             à Moscou comme à Calcutta.
 
Les princes seront à mes genoux
de Bahreïn à Doha.
J’aurai des perles autour du cou
et des rubis à tous les doigts.
 
On peut rêver quand on est cygne.
On n’a pas le cœur en bois                                           quand la musique vous fait des signes
entre le ciel et l’eau en bas.
 
            © Jean-Bernard Papi
                                                                                                              
                                                                                       Photo Wolfgang Autexier
 

 

                                                           










Je fus, dit-on, le modèle des drakkars venus du Nord
N’ai-je pas le profil d’un dragon ?
Maman me disait toujours : Tu n’as rien d’un hors-bord
avec ton gros pif et ton petit bedon.
 
Mais pour ce qui est du drakkar elle disait : les Vikings
quand ils vont à pied c’est mieux.
Maintenant si c’est pour un casting
je peux remplacer Gérard Depardieu.
 
Je suis au top pour les comédies musicales.
Maman disait aussi : Quand tu chantes
tu es plus proche du crapaud que de la cigale.                                              Photo Wolfgang Autexier
 Appelez-moi, j’habite sur la Charente.
 
            © Jean-Bernard Papi
 
                       
                                                       
                                                       

                                      



                      Photo Wolfgang Autexier
 








 Quand l'oiseau Phénix épuisé déploie ses ailes
 il sait qu’il va mourir, son temps est accompli.
 il se consumera alors du feu qui dort en lui
 puis il reviendra, ressuscité dans l’œuf immortel.
 
Toi cygne qui ne vit que sur l’eau oublie l’oiseau soleil
reproduis-toi, innocent, comme font les passereaux
ne calcule pas, n’interprète pas, tu n’es pas le héros
de ton monde de carpes, de hérons et d’abeilles.
 
Seul l’homme sait. Le cycle de la mort et celui du retour
sont de ses tourments. Laisse-lui aussi les peines de l’amour…
.
            © Jean-Bernard Papi
 



                                                               







 Mon ombre s’est noyée au cœur d’une aquarelle
 et quand je trace ma voie sur ce miroir d’or
 le ciel m’éclabousse de millions d’étincelles
 qui me font une escorte d’une paisible aurore.
 
 J’y ai la dignité du plus grand des monarques
 ecevant à Versailles dans la galerie des glaces.
 Parfois des Doges de Venise j’incarne la barque
 Bucentaure. Un navire ? Mieux encore : un palace.
 
 Nul dans la nature ne passe mon élégance, le lys
 seul au jardin éclipse ma papale blancheur.
 Hélas ! Dans le monde mon orgueil est un vice
 qui me fait solitaire et plus souvent frimeur.
 
            © Jean-Bernard Papi

   
         Photo Wolfgang Autexier