Jean-Bernard Papi, romancier, essayiste, nouvelliste et poète

                                        Il n'y a de recette de jouvence que le rire.
                       Partageons nos plaisirs. Vous lisez ! J'écris !      

Follow Us  rosalie                          

                                   

                                          Mes poèmes                                                                                                   

En quelques mots la poésie pour moi est le lien que l’auteur et le lecteur tissent entr'eux et le monde. Je mets sur le même pied d’égalité le poète et son lecteur. La poésie qui ne parle que de soi (moi Je) comme celle qui ne tire son charme (sic) que de son obscurité, ne représente rien d’autre qu’un pont lancé vers le néant.

                                                  Quelques opinions

       Tignous ? (ex Charlie hebdo)                                      

                                                        Tabary ?( auteur d'Iznogoud)

   
      


                                      











 


         Ou encore Lucazeau et sa réunion de poètes ?

        Mes poèmes ont été publiés par : Le Moulin de Poèsie durant plus de vingt ans, La Saintonge littéraires, Poésie Première, les 20 anthologies de l'atelier de poèsie de Cognac, anthologies de Montargis, de Belfort (AEDA), de Morestel (1992,1994 et 2007), Poésie du point du jour (2004-2005), Postésie 2000 (La Poste) et la revue Point barre (île Maurice) et traduits en russe. 
    

    
                                           
  Burqa.  

                                                                                                                    



J’aime celle qui marche
devant moi
dans sa burqa.
(Au fait est-elle dans ou sous sa burqa ?)
Qu’importe. Elle marche
dans la rue parmi tant de belles filles.

Pas de hauts talons
mais des tennis
un bout de jeans.
Mais peut-être est-ce un garçon ?
(Si c’est un garçon l’aimerais-je tout autant ?)

Voir ses mains.
Elle porte des gants.
Je la bouscule. Elle ne dit rien.
Excusez-moi madame- Oh ! Madame !
Bien le bonjour chez vous.

Il me semble avoir vu son œil
Rien qu’un œil qui riait
Il m’a bien semblé qu’il riait.
L’imposteur.

Elle sort de l’hôtel Yacubian
Rue de Paris
Chambre 52, cinquième étage.
Je le sais.
C’est ma chambre.


           ©  Jean-Bernard Papi   déc 2009

                                                

            Désir de fuite.

       Dessin Françoise Bourbillère
                                                     Pour Poèmes

                                                                            

  

Nous n’irons pas à Compostell
à Lhassa, à La Vallée.
Madame Arthur, Régine et Temporel
ont fermé leurs volets.

N’habiterons ni La Mecque, ni Ruffec, 
ni Berlin ou Soubise
les chambres à Lisbonne sont infectes
on ne pêche plus dans la Tamise.

 Nous ne verrons pas Rio, Burie
Brindisi, Valparaiso
ici ou Haïti, n’allons pas dans ces pays,
jamais les i, jamais les o.

 Nous ne resterons pas en Charente
Mansle, Ruelle ou Fouras
les rues y sont trop en pente
et debout nous ne tiendrions pas.

 Allons plutôt au Groenland
chez les Inuits du pays plat
entre Saujon et Samarkand
c’est là que pousse le bon tabac.

Vieux schnocks heureux et fiers de l’être

curés d’Iran ou d’Istanbul
imams de Rome, rabbis sonnez trompettes !
Demain la lune, adieu la foule !

                                  ©  Jean-Bernard Papi     Oct 2007


                                                                   



   Ronde des Marie

                                                                               

 
 Bertrand cogne sur Marie
Marie euthanasie Vincent
Je vous salue bien bas Marie.

 Marie la tarte et la cuisine
Marie bas bleus tablier blanc
Saluons les Marie des usines

 Marie qui aime à la folie
Marie  qui ne veut plus d’enfants
Du doigt, je vous salue Marie

 Marie la pute rue Capucine
Marie aux  étals et au vent
Mais salut aux Marie en gésine.

 Marie toubib qui me débranche
Marie pétard et tour de chant
Et Marie au lit le dimanche

 Marie et Jésus sur son sein
Marie de la  bible et du coran
Salut aussi Marie petits chiens.


 Fêtons les Marie, moches ou girondes
Marie actrice, Marie gnangnan
fêtons les Marie dans leur ronde !

           ©  Jean-Bernard Papi           Oct. 03

 

                                           

                                                 
                                                                                                                      


Soirée au jardin.
 
 
 
Quand danse autour de moi l’entêtant  parfum
des iris et des roses
et qu’un voile bleuté descend sur mon jardin

je me sens tout chose
et m’en aller je n’ose.                                                                                                   
Quand le souffle de la ville au loin s’amenuise
à l’instant de Vénus, alors
tous les calices s’emballent et je me grise                                          
de couchant et de vin fort
mon verre est une goutte d’or.
 
Le chat guette ma caresse sans y croire
la dernière gorgée de vin
me rend indulgent et me comble d’espoir            
le monde est beau le soir
dans mon jardin.
      
    Jean-Bernard Papi ©                                                                             
                                              
                                                                                                                      
Aquarelle Edith Holden
                                                             
                                      
           


Les affreux.
   
 
                                                                                        
 
Les tourne-pouces, les crève-la-faim
Les va-nu-pieds, bancals et gueux
Enfants des basses oeuvres du Moyen-Âge
 
Les boit-sans-soif, les francs coquins
Les débauchés, cloches et guenilleux
Les chourineurs virés anthropophages
 
Ceux qui fleurent bon le purin
Qui tiennent salon dans les égouts

Qui se chamaillent avec les rats
 
Ceux que l'on attache à des chiens
Qui hurlent au ciel, que l'on dit fous
Et celles enceintes du choléra
 
Sont les moutons d’aimables frères
Que l'on dit « Chasse-misères »
Pâles Tartuffe et vrais bourgeois
Qui magouillent dans la finance
Es charité et es souffrance.
 
Rien n'est plus gras qu'un mendigot
Quand on veut lui tondre le dos
Comme tout humain, ces pendards
Veulent du fric pour faire du lard
 
Car il n'est vilain, vilaine
Miséreux, crevure ou tire-laine
Qui n'espère à chaque jour
Se voir bourgeois riche à son tour.

Jean-Bernard Papi ©

                                                     


Demain.
                                                                      
  
 
Demain,
nos perpétuelles fêtes traceront dans le ciel
leurs serpentins d’argent.
Nos savants partiront à la conquête du temps
et nos jours seront miel.
 
Demain,
tu te lèveras matin belle comme à vingt ans
à peine une ride de douceur.
Je chercherai sur ton corps la glissade des heures
peut-être ici un cheveu blanc ?
 
Demain,
nos garçons par essence nous ressembleront
sages, jamais grossiers,
artistes, sportifs, parfois même aventuriers
et beaux comme Apollon.
 
Demain,
nos filles seront astronaute, pilote de fusées,
capitaine ou général,
s’envoleront en longues balades astrales
pour un brin de muguet.
 
Demain,
les dieux enfin autour d’une même table
sans esprit de revanche
discuteront du temps qu’il fera dimanche
d’un ton très convenable.
 
Demain,
les soucis seront à jamais chassés de nos cités.
Que de larmes de joie
pour marcher ensemble en rang par trois
du cinéma à la télé !

Jean-Bernard Papi ©
 



                                                                      
<   Page précédente