Jean-Bernard Papi, romancier, essayiste, nouvelliste et poète

                                        Il n'y a de recette de jouvence que le rire.
                       Partageons nos plaisirs. Vous lisez ! J'écris !      

Follow Us  rosalie                           

                Poèmes sans Moi.
 
                Le pauvre poète "tousse de froid et baille de faim" (Rutebœuf.)                                                                                  

En quelques mots la poésie pour moi est le lien que l’auteur et le lecteur tissent entr'eux et le monde. Je mets sur le même pied d’égalité le poète et son lecteur. La poésie qui ne parle que de soi (moi Je) comme celle qui ne tire son charme (sic) que de son obscurité, ne représente rien d’autre qu’un pont lancé vers le néant.                                           

         
  Mes poèmes ont été publiés par : Le Moulin dePoèsie durant plus de vingt ans, La Saintonge littéraires, Poésie Première, les 20 anthologies de l'atelier de poèsie de Cognac, anthologies de Montargis, de Belfort (AEDA), de Morestel (1992,1994 et 2007), Poésie du point du jour (2004-2005), Postésie 2000 (La Poste) et la revue Point barre (île Maurice) ils ont été traduits en russe et édité naturellement en Russie. Mes Poétesses ont été mises en scène à Handaye vers 1990.
 Nota: Je fus le rédacteur et responsable de l'édition du Moulin de poésie pendant une dizaine d'années.    
                                                      

                                                   



On dit.

  

On dit que les pôles fondront
qu’il fera chaud, que la terre deviendra serre
et que ma maison, et ta maison
s’envoleront sous les ouragans.
 
On dit que nous vivrons dans les cavernes
sans électricité, sans réfrigérateur
sans auto, sans climatisation et sans pétrole.
On dit que même les fleurs disparaîtront bientôt.                 
 
On dit, on dit ….
Qu’importe ce que l’on dit puisque tu seras là.
Sur ton corps hâlé
tout brûlé de soleil je poserai mon front
et sur ton sexe moite
la fraîcheur de mes mains.
 
Je ne suis pas de ceux
qui regardent sous les jupes des nuages
rien de ce qui est en haut
ne trouble mon bonheur d’en bas.
Je me moque il est vrai
du ciel comme de Juda
je ne prie ni la pierre, ni le marbre ni le bronze
je ne crois pas au Livre ni à ce qui n’est pas.
 
Mais je crois en ton baiser léger
à ce merci ténu quand je prépare en toi
la naissance du monde.
 
Organise ô Eve, les incendies
qui ravageront la terre
que ton souffle de feu
pétrifie les villes et les églises
que de ta bouche déferlent les océans
qui noieront les îles Sous-le-Vent
que le monde soit neuf et qu’il soit de ta chair
et qu’on ne nous parle plus jamais de patience
ni de Dieu ni de science.

Jean-Bernard Papi©


                                                        



Burqa.  

                                                                                                                    
J’aime celle qui marche
devant moi
dans sa burqa.
(Au fait est-elle dans ou sous sa burqa ?)
Qu’importe. Elle marche
dans la rue parmi tant de belles filles.

Pas de hauts talons
mais des tennis
un bout de jeans.
Mais peut-être est-ce un garçon ?
(Si c’est un garçon l’aimerais-je tout autant ?)

Voir ses mains.Elle porte des gants.
Je la bouscule. Elle ne dit rien.
Excusez-moi madame- Oh ! Madame !
Bien le bonjour chez vous.

Il me semble avoir vu son œil
Rien qu’un œil qui riait
Il m’a bien semblé qu’il riait.
L’imposteur.

Elle sort de l’hôtel Yacubian
Rue de Paris
Chambre 52, cinquième étage.
Je le sais.
C’est ma chambre.

     ©  Jean-Bernard Papi   déc 2009

          
                                           
                                                                                                                        

 
   
Ronde des Marie

                                                                               

Bertrand cogne sur Marie
Marie euthanasie Vincent
Je vous salue bien bas Marie

Marie la tarte et la cuisine

Marie bas bleus tablier blanc
Saluons les Marie des usines

 Marie qui aime à la folie
Marie  qui ne veut plus d’enfants
Du doigt, je vous salue Marie

 Marie la pute rue Capucine
Marie aux  étals et au vent
Mais salut aux Marie en gésine.

 Marie toubib qui me débranche
Marie pétard et tour de chant
Et Marie au lit le dimanche

 Marie et Jésus sur son sein
Marie de la  bible et du Coran
Salut aux Marie petits chiens.


 Fêtons les Marie, moches ou girondes
Marie actrice, Marie gnangnan
Et fêtons les Marie dans leur ronde !

   Jean-Bernard Papi© oct 03                

                                                              



Myosotis.

À petits pas, dans mon jardin
je cherche patiemment la fleur
qui de tes yeux a la couleur. 
L’une trop pâle, l’autre violette
Campanules ou pervenches ?
Seul le myosotis convient.
 
Ne m’oublie pas, forget-me-not
Je sens sur ma lèvre ta quenotte
et son goût d’anisette.
Et brûlante sous ma main
la pression de ta hanche.

Quelque part au loin
le chant du coucou.
Coucou, coucou
est bien le chant qui nous convient …

Jean-Bernard Papi©

 
à suivre,