Jean-Bernard Papi, romancier, essayiste, nouvelliste et poète

                                        Il n'y a de recette de jouvence que le rire.
                       Partageons nos plaisirs. Vous lisez ! J'écris !      

                                               Poèmes sans Moi.




Les luronnes.
 

Qui n'a repensé, dans son âge mûr
aux fiancées de son enfance
à ces garces déjà, aux ongles durs
leurs caresses à peine qu'il fallait monnayer
dix francs contre un baiser.                                                                                          
 
J'aurais donné ma vie pour une vraie romance !
 
Cinq ans après elles baissaient leur culotte
même devant des étrangers                                                 
pourvu que leurs autos soient rouges, avec une capote
et que les autres garces en deviennent enragées.
 
Je les suivais du nez, comme un chien langoureux
quand elles s'enfuyaient avec des notaires.
C'était pour, disaient-elles, auprès d'un maître queux
apprendre le fin du fin des arts culinaires
dans un manoir huppé, un hôtel étoilé.
Ça servira plus tard, quand on sera mariés !...
 
On peut dire qu'ils furent grands, qu'ils furent beaux
ceux qui transformèrent ces putes écolières
en reines du fourneau...
 
Ainsi devinrent, nos fiancées, comme les soupières
plus elles ont servi et plus la soupe est bonne,
l'occasion bat le neuf au marché des luronnes.
 
Jean-Bernard Papi © 
 
                                                       



Cauchemar salafiste.
 
 
Vos femmes devront être pudiques et belles                                             
Quand passeront les dévots de l’Islam
Baisseront les yeux et cacheront les flammes
Qui toujours brûlent au fond de leurs prunelles.
 
Mécréantes mais soumises les chrétiennes
Refuseront l’alcool et ne cuiront le porc
Qu’à mille pas des mosquées. Dedans et dehors
Le meilleur ira à nos Mauritaniennes
 
Qui sont aux yeux de Dieu comme ses houris
Divines et pures. Les jours de Ramadan
Chrétiennes acheteront pain et médicaments
Lorsque la prime étoile s’allume sur Paris.
 
Á l’heure où le muezzin appelle à la prière
Elles tairont des télés les vociférations
Et les petits dhimmis inclineront leur front
Découvrant  hébétés ce suprême mystère :
 
La sagesse des Imams gloires du Coran.
Alors partis de Tourcoing ou de Marseille
Nos salafistes, héros d’Allah le Sans Pareil
Feront de vos villages autant de Téhéran.
  
© Jean-Bernard Papi  
 
                                                             



Dessin Dominique Peyraud

Adolescence.

Elles furent si brèves les vacances d'hiver                                                                                      celles de nos seize ans.
Chaque matin, dans la maison sévère,   
 
tu m'attendais le ventre en ouragan
 afin de célébrer notre messe d'amour
l'amant maladroit, la novice maîtresse
l'un pataugeait dans ses baisers balourds
l'autre s'effrayait de ses inattendues hardiesses.
 
Souvent, aux bruits de la maison
nous sursautions, la crainte d'être surpris.
Nue, tu courais du lit à la cloison
pour écouter au corridor siffler les vents coulis.
           
Si ma mère survenait... malheur à nous, disais-tu
alors l'effroi emballait nos ardeurs                                         
multipliant les caresses imprévues.   
Ce fut le temps des infinies splendeurs.
 
Le soir venant, au foyer, enfants sages
l'air innocent de deux séminaristes
près d'un phono rapprochant nos visages,
nous écoutions passer le Rêve d'Amour de Liszt.

 
L'âge n'est plus ni pour toi, ni pour moi
à ces juvéniles fredaines
mais comment échapper à la mémoire, au poids
qui vers l'enfance, inexorable nous entraîne.

 Jean-Bernard Papi ©

                                                       

                                        



Inceste.
 
 
La blonde dans la rue marche comme ma mère.
Jeune, elle allait ainsi la poitrine tendue
la fesse, ô Dieu ! Pour tous c’était l’étoile polaire
vêtue comme une fée et si belle dévêtue.
 
Combien l’ont suivie juste pour caresser un sein
ou pour une étreinte au coin d’une rue noire ?
J’ai flairé tant et tant d’hommes aux virils parfums
qu’auprès d’elle je planais de Chine à Zanzibar

Quand s’étiolait son corps en douloureux veuvages
elle murmurait alors : Viens mon petit garçon !
Je m’appropriais sa couche pour un tendre voyage
vautré sur sa peau nue je suçais ses tétons
 
Hélas ! La morale réprouve le bonheur dans l’inceste.
C’aurait pu être un autre, ou encore son caniche
n’étant pas le fourbe qui renie l'insupportable geste
j’ose le dire : Jamais ne montais si ardente pouliche.

 

 © Jean-Bernard Papi

 à suivre,