Jean-Bernard Papi, romancier, essayiste, nouvelliste et poète

                                        Il n'y a de recette de jouvence que le rire.
                       Partageons nos plaisirs. Vous lisez ! J'écris !      
 
 

Follow Us          rosalie                                              

                                                        L'Italie au temps de la conquête romaine.





      Á propos du nom des Papi.

   

 
Je m’empresse de préciser que ce nom n’a rien à voir avec les termes de papys, grannys et mamies. Ces niaiseries sentimentales, introduites depuis peu par les anglo-saxons et utilisées à satiété par nos journaux et magazines pour personnifier un grand-père (papy) un peu vieux jeu et sur le chemin de la sénilité, me hérissent le poil. Surtout quand quelqu'un me dit bébête : "Moi aussi je suis papy...". Il n’y a guère on parlait encore de pépé et de mémé voire, ce qui est plus joli, de grand-père et de grand-mère. 
       

Nota : Le magazine Le Point du jeudi 17 février 2011 page 62, précise que Berlusconi, chef du gouvernement italien, est appelé « Papi », ce qui est un nonsens en italien, lors de ses bungabungas avec ses copines, les « papigirls ». Cette captation de patronyme est tout à fait déplaisante, que cet homme fasse ce qu’il veut chez lui mais de grâce qu’il choisisse un autre sobriquet, Protettore, Macró ou Prosseneta par exemple.
   On va m'accuser de faire une fixation mais Le Point, encore lui, révèlait dans son numéro 2031 du 18 aoùt 2011 que le Premier ministre chinois Wen Jiabao était surnommé dans son pays "Papi Wen". 
   Ce nom serait-il incrusté dans l'inconscient des peuples ? Je ne vous cache pas être ulcéré par les sites pornographiques qui appellent papi les vieux cochons qui batifolent lourdement avec des jeunettes. Pourquoi ne pas utiliser pépé ou grand-père tout simplement ?
   
   Ceci étant posé, venons-en à la famille Papi :

   En 1995, dernier recensement connu, on trouvait des Papi aux Etats-Unis : 151 foyers ; au Canada 18 foyers ; en Australie : 17 foyers ; en Grande Bretagne : 25 foyers ; en Autriche et Allemagne : 8 foyers ; en Suisse : 13 foyers ; en Espagne : 22 foyers ; en France 192 foyers principalement en Corse et en Italie 1712 foyers.

   On voit immédiatement :
  1 - Que le berceau des Papi se situe en Italie, Rome et Florence étant de loin les villes les plus peuplées de Papi.
  
2- Que cette famille de 2158 foyers au total représente, en 1995, une population estimée au bas mot à 6000 individus environ. Hormis les femmes mariées qui ont perdu leur nom.
  
3- Que l’essaimage des membres de cette famille au vu de leur répartition a commencé en Europe, et plus précisément en Italie, pour se terminer sur les autres continents, Australie et Amérique du Nord. Que cet essaimage,(hypothèse) faute d’un improbable schéma directeur, n’a pu se faire que sur un temps relativement long intéressant plusieurs dizaines de générations.
    Puisque le berceau des Papi est italien que signifie-t-il dans cette langue ? C’est le pluriel de papa, père, voire de pape puisque le pape en latin c’est tout bonnement le père, le papa. (Orthographié pappa).  Dans la basilique Saint-Pierre de Rome un écriteau indique le chemin des tombeaux des Papi. Ce ne sont pas les membres de cette famille qui y sont enterrés mais, vous l’aurez compris, les papes.
 
  Intéressons-nous au latin et voyons qui portait ce nom de Papi. Personne. Personne sauf la famille Papius dont le vocatif et le génitif au singulier font Papi. Les pluriels étant Papii. (Dictionnaire Français/Latin Gaffio). En français, où il n'y a pas de cas comme dans le latin, le vocatif est exprimé par la construction, le nom qui serait au vocatif en latin répond à un verbe à la seconde personne, sans en être le sujet : Malheureux, que fais-tu ? Ô toi que j'implore, mon Dieu, mon sauveur. (Littré)
  En ce qui concerne le génitif, par une mauvaise imitation de la grammaire latine, les grammairiens du XVIIe siècle donnaient, en français, le nom de génitif au rapport marqué par la préposition de (Littré) (fils de, par exemple). Ainsi lorsque les Latins voulaient interpeller Papius ils disaient  :"Papi, toi que j’appelle ?" Lorsqu’ils voulaient exprimer l’origine ils disaient simplement : Papi, pour : de mon père Papius, par exemple. (Voir le denier dentelé plus loin.)  
  
 
Quelle était cette famille portant le gentilice Papius car il s’agit bien d'une famille*. Elle appartenait. à la tribu des Samnites l'une des quatre tribus sabelliennes, de Sabin l'une d'entre elles. (Pensez à l'enlèvement des Sabines par les Romains de Nicolas Poussin d'après Plutarque ). Le géographe Strabon les disait venues de Sparte. Ce que semble confirmer, ou tout du moins admettre, Florence Dupont, éminente latiniste, dans son livre Rome, la ville sans origine page 74 (Le Promeneur éditeur).
   
*Selon certains auteurs le gentilice Papius appartenait à la gens Papia. La gens était un groupe de familles patrilinéaires qui au fil du temps lorsque ces familles devenaient trop nombreuses prenaient un cognomen (surnom) ou un autre nomen (nom) ou un autre gentilice pour se distinguer et fonder une branche à part.

 Les Samnites étaient établis dans le Samnium, région montagneuse d'Italie centrale, (voir carte ci-contre) dès le VIIe siècle av. JC. La première mention écrite des Samnites remonte à 354 av JC, dans un  traité  conclu avec les Romains. (Wikipedia). Ces Samnites pendant longtemps furent les  ennemis  inconditionnels des Romains. Brutulus Papius, chef de guerre des Samnites en 322  av JC se révolta  contre Rome. Commandés par Caïus Pontius, les Samnites, sans qu'il y ait de morts ou de blessés,  firent prisonniers les soldats Romains, plusieurs milliers, bloqués dans  un défilé à l'issue de la bataille de Candium. Puis ils les humilièrent en les faisant défiler courbés sous leurs lances placées en portique d'où l'expression : "passer sous les fourches caudines", ce qui mit en rage le sénat. Malgré cela, les  Samnites exténués qui voulaient la  paix envoyèrent à Rome la dépouille de Papius (principal fauteur  de guerre) qui s'était  suicidé. Rome magnanime refusa de confisquer ses biens mais n'accorda pas la paix  souhaitée.
   Les  Samnites étaient de vrais "barbares" au sens moderne du terme, aussi féroces que les Gaulois. Au Vème siècle av JC ils asservissent la Campanie, prennent les villes de Cumes et Posidonia qui basculent dans l'oubli et l'obscurité. Caton prétend qu'ils étaient des Grecs arrivés en Italie avant la guerre de Troie (vers 1250 av JC). Selon Aristote ce seraient des Spartiates et des Lydiens. Pour d'autres, comme Denis d'Halicarnasse ce seraient des Arcadiens car ceux-ci "aiment les montagnes". (Florence Dupont : Rome la ville sans origine. Pages 37/40/45/49/74/86/116) Les Romains  copièrent l'armement des Samnites dont l'efficacité n'était plus à démontrer.  
   Au cours du premier siècle avant JC, les Samnites, qui payaient l'impôt et fournissaient des soldats à l'armée romaine (alliès de droit mais sans possibilité de vote), de nouveau se révoltèrent pour exiger de Rome un statut équivalent à celui des citoyens romains. Ce qui leur fut refusé par les nobles et les riches. Alliés à une autre tribu, les Marses, ils combattirent Rome durant ce qui fut appelé La guerre sociale  (91-97 avant JC). Caïus Papius Mutilus* né à Lanuvium, aujourd'hui Lanuvio au pied des monts Corvo, à la tête des Samnites commit des atrocités sans noms mais fut finalement vaincu par Julius Lucius Caesar (Jules César). (Histoire romaine depuis la fondation de Rome jusqu’à la bataille d’Actium par M. Rollin, ancien recteur de l’Université de Paris 1753). Il fut enterré dans le domaine qu'il possédait à Cerroto près d'Isernia, domaine appelé Papii Teanum Apulum. Rien à voir à mon avis avec la ville antique de Teanum Apulum près de San Paolo Civitate relativement loin d'Isernia. 
  * Mutilus, le mutilé, (son surnom ou cognomen). Certains auteurs écrivent Mutulus,( le coquillage ou la moule ?).  
  Au final les Samnites, et parmi eux les Papius, furent assimilés et devinrent romains à part  entière. Pour preuve ce Caïus Papius devenu tribun du  peuple et auteur de la loi Papia (65 av JC) qui ordonnait  aux étrangers de sortir de Rome et aux alliés de retourner  dans leurs villes. 

   
  Son fils ou un proche parent :
Caïus  Julius Papius fit en 26 av JC cette  dédicace à Isis, dans l'ile de Files, en Egypte : "Moi, Caïus julius Papius, commandant (de légion), je suis venu et j'ai adoré la maitresse Isis, avec Julius mon fils, et  pour le salut de mon fils  plus jeune Caïon (ou Gïon/Caius) de plus avec mes amis et compagnons de voyage etc."  (Découvert, traduit du grec et analysé par Pierre  Claude François Daunou de l'Académie des  inscriptions &  belles lettres, Institut de France  1843)



 
Ci -dessous et à gauche carte détaillée du Samnium.(ref : Imperium Anticum)

            
Carte du Samnium

    









 
Pour les amateurs de mystères : Les spécialistes sont partagés quant à l'existence d'une tribu Papia (adjectif) d'où serait issu les Papius. Pavie se serait appelé Ticinium, puis Papia sans que l'on puisse savoir pourquoi jusqu'au Vème siècle ap JC, et un village disparu près de Marignane (France- Bouche du Rhone) se serait aussi appelé Papia... En grec ancien papia signifie cane (ou canard) d'ou l'origine grecque supposée des Samnites.
 
 
Le 31/12/2010 Monsieur Marcel Germain nous communique :  

"Votre travail de recherche sur l'origine des Papi a attiré mon attention. 
Je suis la personne qui a exhumé des archives l'existence du village de Papia à Marignane. Cela pour vous dire que sur la commune de Marignane se trouvaient deux villages :
- Papia, avec son château et son église Saint-Pierre de Papia
- Marignane, avec son château, son église et son seigneur "Poncius", colossalement riche. Le seigneur de Papia qui épousera la fille de Poncius, dont il retirera richesse et puissance, sera le premier a se faire appeler seigneur des Baux . 
  Je ne connais pas l'origine du village de Papia qui existait déjà au XI ème siècle. Papia est la suite d'un oppidum (V -IV-III-II s. av JC) avec grecs de Marseille. Commerce avec les étrusques."
 
 
   La numismatique permet  de survoler l’histoire lorsque les « leaders » battent monnaie. C’est ainsi que le nom de L.  PAPI (pour : venant de Lucius Papius, nom du monétaire ) se retrouve sur l’une des faces du denier « L. Papius Denarius Sénatus », ou "denier dentelé", sous un griffon dansant (Voir ci-dessous). En héraldique le griffon signifie la vigilance. Sur l’autre face est une tête de Junon Sospita** (Un temple de Junon Sospita existe toujours à Lanuvio) avec une amphore à son côté. Ce denier aurait été frappé en 79 av JC pour fêter une libation, une nomination à un poste important ou à l'occasion de jeux et distribué à la plèbe, ce qui était courant à l’époque. De nombreux deniers, avec l'avers légèrement différents mais toujours avec la Junon Sospita, ont été frappés par Lucius Papius.
** Sospita : celle qui  sauve. Coiffée d'une peau de chèvre elle était adorée à Lanuvium (Lanuvio) berceau du monétaire. D'après les spécialistes un grand nombre de symboles peuvent être relevés sur ce denier. Les Papius ont été monétaires de  154 à 41 environ avant notre ère.
 
                                                                                                                     
                                                               Ref Papia 1 denarius                                                                  
 
       
à suivre,
<   Page précédente

  • Dédée Pierini dit :
    26/1/2017

    3/5
    Bonjour! je suis une cousine par alliance, mon mari François Pierini,né à Speloncato de Charles et de Marie Papi.Son grandpère maternel, Jean (dit Jean Martin)Papi etait le frère de Joseph Marie Papi.je fais l'arbre généalogique de François, et il est cousin avec Brigitte Marie Papi et Marisette Papi.Nous sommes très intéréssés par vos recherches, qui mettent en lumière le nom des Papi, j'ai moi meme des racines grecques, ce qui justifie mon attachement à cette belle terre de Corse.Encore un grand merçi, Amicizia.

  • MT PAPI dit :
    28/8/2015

    3/5
    bonjour cousin lointain ,je suis une PAPI FILLE D'anton PAPI DE SPELONCATO en BALAGNE ..CORSE.

    MA MERE EST ITALIENNE DU PIEMONT.

    MERCI POUR VOS TRAVAUX ET POUR NOUS LES FAIRE PARTAGER.

    MT PAPI

  • Adriano Papia dit :
    27/2/2014

    3/5
    Aurais-je une descendance Romaine cahée ? Belle info, il existe toujours le chateau ?