Jean-Bernard Papi, romancier, essayiste, nouvelliste et poète

                                        Il n'y a de recette de jouvence que le rire.
                       Partageons nos plaisirs. Vous lisez ! J'écris !      
                                                                                                                    
12- Le Passage des pierres.
  Dès qu’il peut apercevoir le jour, le voici levé, vite rejoint par ceux qui doivent l’accompagner. Nos deux chevaliers se sont armés et après avoir pris congé ils s’en vont, le jeune homme ouvrant la marche. Ils arrivent au Passage des Pierres à l’heure de prime, à six heures exactement. Il y a au milieu du passage une bretèche où se tient une garde permanente et avant qu’ils se soient approchés, le guetteur dans la bretèche les voit.
   – Un ennemi qui vient ! Un ennemi qui vient ! s’écrie-t-il de toutes ses forces
  Alors au pied de la bretèche surgit un chevalier à cheval revêtu d’une armure étincelante et de chaque côté de lui se mettent en place des hommes d’arme armés de haches tranchantes. Au chevalier qui s’approche du passage, il lui reproche la charrette en des termes injurieux. 
  – Vassal, crie-t-il, quelle audace et quelle sottise de ta part d’être ainsi entré dans ce pays ! Un homme promené en charrette n’a pas sa place ici. Que Dieu t’enlève toute joie!    
   De toute la puissance de leurs chevaux les deux chevaliers se précipitent au grand galop l’un vers l’autre. Le chevalier qui garde le passage brise violemment sa lance en deux et jette les tronçons, le chevalier de la charrette d’un coup dirigé en pleine gorge, juste au–dessus du bord supérieur de l’écu le renverse et le projette au sol, en travers des pierres.
Les soldats bondissent alors avec leurs haches mais frappent dans le vide, volontairement en ayant soin d’éviter le cheval et son cavalier à qui ils ne veulent visiblement aucun mal. Notre chevalier s’en rend compte aussi ne tire-t-il pas son épée du fourreau et il passe outre sans autre forme de procès avec ses compagnons derrière lui. L’un dit à l’autre que jamais il n’a vu un tel chevalier ni quelqu’un qui lui soit comparable.
   – N’a-t-il pas forcé le passage de manière magistrale ? Mon frère, au nom du ciel cours au plus vite rejoindre notre père, ordonne l’aîné à son jeune frère et raconte-lui.
   Mais le jeune homme répond qu’il n’ira nulle part et qu’il ne veut pas quitter le chevalier avant qu’il ne l’aie adoubé et fait chevalier. Qu’il aille donc porter lui-même son message s’il en a envie !
   Ils poursuivent donc tranquillement leur route tous les trois jusque vers le milieu de l’après-midi, à l’heure de none. C’est alors qu’ils rencontrent un homme à cheval qui leur demande où ils vont et qui ils sont. 
   – Nous sommes des chevaliers et nous allons là où nous avons à faire, ripostent les jeunes gens.
   L’homme s’adresse alors au chevalier de la charrette qui lui parait être le seigneur et le maître des deux autres.
   – Monseigneur, je souhaiterais vous héberger vous et vos compagnons.
   – C’est hors de question d’accepter à cette heure-ci un gîte pour la nuit ! s’indigne le chevalier. On est lâche quand on traîne en route ou lorsque l’on cherche le repos et le confort alors que la tâche est immense. Ce que j’ai entrepris est tel que je n’en suis pas encore à faire étape, loin de là !
   – Ma demeure n’est pas tout près, insiste l’inconnu, nous en avons pour un bon moment avant d’y arriver. Vous avez l’assurance que vous ne serez pas hébergé avant l’heure voulue car il sera tard lorsque nous y parviendrons.
   – Dans ce cas j’accepte, répond le chevalier.
  L’inconnu prend la tête de la petite troupe. Au bout d’une longue chevauchée on voit  surgir un écuyer qui arrive dans leur direction au grand galop sur un roussin gras et rond comme une pomme. L’écuyer s’adresse à l’inconnu.
   – Seigneur ! Seigneur ! Dépêchez-vous car ceux de Logres ont levé une armée pour attaquer ceux de ce pays. La guerre est commencée et a déjà entraîné querelles et combats. Ils disent qu’un chevalier s’est abattu sur notre pays et qu’il y a mené différents combats et les a tous gagnés. Personne ne peut lui interdire un passage. Tous disent qu’il délivrera ceux qui sont retenus ici et qu’il soumettra nos gens. Suivez mon conseil, hâtez-vous. L’homme part au grand galop tandis que le chevalier et ses compagnons sont ravis de l’annonce.
   – Monseigneur, dit le fils de l’arrière-vassal, vous avez entendu l’écuyer. Portons-nous au secours de nos gens qui déjà se battent contre ceux de ce pays.  
                                         
13-  La forteresse et l’enchantement
   Devant eux l’homme galope au plus vite sans attendre personne en direction d’une forteresse élevée sur un tertre. Il parvient à l’entrée de la forteresse, suivi des trois autres qui éperonnent leurs chevaux. La forteresse est enfermée derrière un haut mur et un large fossé. Á peine sont-ils dans la place qu’on laisse retomber une porte sur leurs talons pour les empêcher de s’en retourner.
   – Allons, allons, disent-ils, que cela ne nous retienne pas. 
   Ils suivent l’homme et sans ralentir ils parviennent à la sortie, mais sitôt que l’homme l’a franchie on laisse tomber derrière lui une porte coulissante. Dès lors, ils se lamentent en se voyant prisonnier à l’intérieur de la forteresse et tous les trois se croient victime d’un enchantement. Mais notre chevalier, celui de la charrette, le héro de cette histoire, possède à son doigt une bague dont la pierre a pour propriété de défaire les liens des enchantements dès qu’il la regarde. Il porte la bague à ses yeux, regarde la pierre.
   – Ma dame, ma dame, murmure-t-il, Dieu sait combien j’ai besoin de votre secours !
   Cette dame est une fée qui l’a élevé dans son enfance, c’est elle qui lui a donné cette bague. Il a une grande confiance dans les pouvoirs de la fée, persuadé d’être toujours secouru par elle où qu’il soit, mais il voit bien aujourd’hui, quand il l’invoque et qu’il regarde la pierre, que rien ne se passe. Il finit par comprendre qu’il n’y a pas d’enchantement et qu’ils sont bel et bien enfermés.
   Ils se dirigent vers une poterne étroite et basse que verrouille une barre de bois. Ensemble ils tirent leur épée et frappent la barre jusqu’à ce qu’elle cède.
                                         
14- La bataille.
 
   Une fois hors de la forteresse ils découvrent la bataille, dense et acharnée d’un bout à l’autre des prés alentours. Il y a bien là mille chevaliers de part et d’autre, sans compter la piétaille. Une fois parvenus dans les prés, le fils de l’arrière-vassal prend la parole avec bon sens. 
   – Monseigneur, avant que nous nous rendions sur place nous serions bien avisés d’y envoyer l’un d‘entre nous pour savoir de quel côté sont les nôtres. J’irai voir si vous le voulez. 
   – Soit ! répond notre chevalier, mais faites vite.
  Le fils de l’arrière-vassal a tôt fait d’y aller et d’en revenir.
   – La chance est avec nous, se réjouit-il les nôtres sont du côté où nous sommes.
   Le chevalier de la charrette se lance aussitôt vers la mêlée. Un ennemi fonce sur lui. Le chevalier engage la joute et atteint l’autre dans l’œil d’un coup de lance violent qui l’abat raide mort. Le jeune fils de l’arrière-vassal saute à terre, s’empare du cheval et de l’armure dont il s’équipe. Il a ainsi fière allure. Puis sans hésiter il saute en selle, saisit l’écu et la lance, une grande lance peinte, en bois dur. Il porte maintenant au côté l’épée flamboyante, tranchante et claire. Il se jette dans la bataille derrière son frère et le chevalier son seigneur. Celui–ci, depuis un long moment, brise, fend, dépèce écus heaumes et hauberts. Ni bois ni fer ne protége celui qu’il touche et c’est une blessure, ou  la mort, qui le fait voler au bas de son cheval. Á lui seul il met l’ennemi en déroute tandis que ses deux compagnons se comportent très bien. Les gens de Logres, ceux qui ne le connaissent pas, le regardent avec surprise et interrogent discrètement le fils de l’arrière-vassal.
  – Mes seigneurs, assure le jeune chevalier, c’est celui qui nous sortira tous de l’exil en nous arrachant à ces temps de malheur dans lesquels nous avons jusqu’alors vécu. Nous devons l’honorer de notre mieux car pour nous tirer de prison il aura passé et passera encore par des épreuves très dangereuses. Il a fait beaucoup et beaucoup lui reste à faire. 
   Ceux qui ont entendu en sont remplis de joie et l’information circule jusqu’à ce qu’elle soit connue de tous. Le bonheur ressenti accroît leur force et décuple leur ardeur à anéantir l’ennemi. Si le sort leur est favorable c’est plus dû, me semble-t-il, aux exploits  d’un seul qu’aux efforts conjugués de tous les autres et si la nuit n’avait pas été proche, la déroute de l’ennemi aurait été complète, mais la nuit tombe. Elle est si obscure qu’il faut se séparer. Au moment du départ tous les captifs involontaires du pays de Gorre se bousculant, entourent notre chevalier. Ils saisissent ses rênes et lui souhaitent la bienvenue.
   – Soyez le bienvenu très cher seigneur !
  – Sur ma foi, monseigneur, c’est moi qui vous hébergerai !
  – Au nom du ciel, monseigneur ne faites pas halte ailleurs que chez moi !
  Chacun répète ce que dit l’autre et les jeunes comme les vieux veulent tous l’héberger : « Vous serez mieux dans ma maison qu’ailleurs ! » tel est l’argument. On se l’arrache, chacun pour soi. Lui leur répond que leur dispute n’est que du temps perdu et de la divagation.
  – Ne soyez pas aussi obstinés, leur enjoint-il ! Vous ne rendez service ni à moi ni à vous et ce genre de querelle est mauvais entre nous, alors que nous devrions nous entraider. Le droit de m’héberger ne peut donner lieu à un litige, vous devez au contraire vouloir m’héberger sur le chemin le plus direct.
   Mais chacun n’en répète pas moins : « C’est dans ma maison ! » «  Non dans la mienne ! »
   – Parler de cette manière est mauvais, s’irrite le chevalier et à mon avis le plus sage d’entre vous n’est qu’un insensé de se quereller ainsi. Alors que vous devriez m’aider à aller droit devant, vous voulez m’imposer des détours. Si, l’un après l’autre vous m’hébergiez et que vous m’ayez, dans les règles, rendu honneur et service je n’en saurais gré à personne, mais par tous les saints de Rome seule l’intention me fait plaisir. Donc, que l’intention remplace l’acte !
   C’est ainsi qu’il parvient à les apaiser. On le conduit sur sa route, chez un chevalier aisé et tous unissent leurs efforts pour le servir dans la joie, en manifestant les plus grands égards et marques d’affections, et cela jusqu’à l’heure du coucher. Au matin chacun voulut partir avec lui en offrant sa personne et son service, mais il refuse toute compagnie, hormis les deux hommes qui l’ont suivi jusqu’ici.
                  
à suivre